Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 22 mars 2012

Recette

Je mets les nuages en jachère,

 

             Je fais monter les labours jusqu'au ciel

             Et puis,

             Quand la toile-terre est prête :

             Je sème à grands coups les toits étoilés,

             Les fenêtres écarquillées,

             Les portes racoleuses,

             Sur la mousse bleue du matin.

 

Bernard Lacroix, Reflets oubliés

vendredi, 16 mars 2012

Sans titre

Ce soir,

Dans la pénombre louche d'un bar

J'ai vu mon Ange-Gardien:

Son beau visage à quelques baisers du mien

Les yeux fixés sur le scotch de son infortune.

 

Bernard Lacroix

mercredi, 14 mars 2012

Femmes d'autrefois

Je pense à vous souvent

 

Femmes d'autrefois,

Vestales de la misère aux visages de suie,

Vous m'avez tenu sur vos genoux.

 

Une complainte sans âge attisait la braise.

La lampe veillait

Près du tabernacle de vos joies encloses.

 

Je sais maintenant

Que vous n'étiez pas heureuses.

Les temps étaient durs

Et les hommes plus durs encore.

 

Je n'ose deviner vos prières secrètes

Devant le retable flamboyant de l'âtre.

 

Bernard Lacroix, Reflets oubliés

mardi, 28 février 2012

Monsieur le maire

Monsieur le Maire

Aime les dépôts de gerbes

Les commémorations

Les anniversaires

Les remises de médailles

Les minutes de silence...

 

Monsieur le Maire

Use ses guêtres

Derrière les drapeaux...

Il le fait bien

On dirait qu'il a été fait pour ça !

 

Regardez-le s'avancer

Avec ses chrysanthèmes

Enlacé par la mort qui ricane !

 

Non loin de là

Sur la pointe des pieds

Pour ne pas déranger,

La vie passe

Dans l'indifférence générale.

 

Bernard Lacroix

 

(En hommage à Patrick Bellamy, actuel maire de Six-Fesses-Trois-Culs, et qui persiste à ignorer, du haut de sa superbe, la pincée d'innocents qui veulent croire au bénévolat, aveuglés qu'ils sont par l'amour du Beau.)

mardi, 27 décembre 2011

Poème d'hiver...

Solitude


L'hiver est là, partout, sur le toit, sur le lierre,
Aux marches du perron, assis sur le vieux banc,
Il effraie mes volets, badigeonne de blanc
La fenêtre où le froid cisèle des fougères.


Je suis là, moi aussi, près d'un feu qui frissonne,
A me mordre les doigts, à compter mes regrets.
J'ai fermé le piano, plié le chevalet.
A qui rêver ? De quoi ? Quand on n'aime personne !


J'ai beau chanter, prier, secouer les apôtres,
Ma solitude dure et si ça continue,
J'aurai pour réchauffer mon vieux coeur de laitue
Qu'un verre de cassis chez la vieille d'un autre.


Bernard-Dominique Lacroix